Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 12:14

 
Passage maker : cherchez l’erreur !


En 1993, après avoir passé prés de trois ans au Vietnam pour construire notre « motor sailor » « Oaristys », nous savourons notre longue escale à Hong Kong.

 

-5-17-45x5-20x1-50.3-50.jpg                                                          OARISTYS  18,26m HT 17,40m x 5,25m x 1,50/3,70m 34T

Durant ce break, commence à germer l’idée d’un motor-sailor plus motor que sailor.

 Michel Joubert nous propose l’avant projet de ‘Marguerite’ : 20,50m x 4,25m, que nous jugeons trop
étroit et au cul trop pointu ; finalement en 1994 le plan de carène définitif voit le jour .

                                                             caracteristiquesection-1-.JPG

Notre voisin de ponton, devenu ami, nous propose alors de financer un prototype. 

Entre temps, le motor-sailor est devenu motor tout court devant le coût de la partie « voile » et après un calcul de prix de revient des deux options (calcul bien mieux détaillé par Dashew pour son Wind Horse).

En fait rien de bien nouveau depuis Marin Marie…

S’en suit une multitude d’ébauches, de croquis, de plans qui aboutissent finalement à la mise à l’eau du
prototype en septembre….2002 .

 

img020[1]
                                                                               19,45mHTx5,03m x1,30m 32,5T

Oui, le temps passe si vite entre les chantiers qui renoncent pour des projets plus rémunérateurs et ceux qui prennent tout leur temps… sans parler de la chasse aux dollars.

L’idée initiale était de construire un premier modèle qui, nous en étions sûr, (en toute immodestie !) entrainerait
l’adhésion de nombreux clients. Des clients heureux de trouver, enfin, un ‘explorateur ‘ réellement capable d’explorer les rivières, les lagons et tous les bras de mer fermés par un seuil trop haut ou un pont trop bas pour les autres représentants  de la famille «  tawler/passagemakers ».

Une unité capable de transiter de l’Europe du nord à la méditerranée par les plus petits canaux Français, voir même par le canal du midi ! Son faible tirant d’eau lui ouvrant tous ces merveilleux mouillages à l’entrée tortueuse fermée par un haut fond à moins d’1,50 m.
Nous pensions réellement avoir dessiné le ‘mouton à cinq pattes’, pas parfait certes, car un bateau n’est que le résultat d’une cascade de compromis.

 Mais répondant à son cahier des charges initial : un bateau simple, très solide, sûr et pouvant réellement aller partout où son équipage serait capable de l’emmener (à condition qu’il y ait plus d’ 1,25m d’eau douce ou salée).

Le passagemaker que tout ‘explorateur’ en puissance attendait ! Erreur !

Ce prototype ne plait qu’aux marins professionnels Norvégiens, pêcheurs Italiens, aux douaniers
Croates, plongeurs Suédois… Mais à aucun plaisancier client potentiel.

 

 

 

ERREUR, certes mais quelle ou plutôt quelles erreurs ???

Sans doute pas assez de volume pour la longueur comparé aux standards actuels, mais les canaux ne nous

 

                                                                  Photo-toul013.jpg

 


permettaient pas plus de 5,05m de large, 3,20 de tirant d’air et d’après Joubert le cul si étroit était incontournable pour optimiser la consommation (d’autres sont arrivés au même choix : voir le cul du Less 83 ou celui du Wind Horse)

Trop rustique ? C’est vrai, mais ce n’était qu’un laboratoire destiné à valider (ou non) des choix…et le budget n’était pas illimité !

 Après 5 ans de navigation et de vie à bord, la liste des points à améliorer et des idées nouvelles apparues à
l’usage, comporte une quarantaine de lignes depuis la position des commandes moteur (qui seraient mieux 10cm plus près de l’axe) à la possibilité de fixer un poêle à bois dans le carré (pour les longues soirées d’hiver rien n’égale le crépitement d’un feu de bois) en passant par la position des jumelles (de mat) qui seraient plus discrètes cachées dans la fausse cheminée.

profil.jpg

 

Parmi les points positifs, on peut néanmoins noter :

 

 - Une très faible consommation, moins de 20 lt/h pour une vitesse de 10 nds (sur deux moteurs), ou moins de 6lt/h à 7,2 nds sa vitesse économique (sur un seul moteur). Les 7500 litres de carburant autorisent sans problème une traversée de l’Atlantique à 10nds, une traversée du Pacifique à 8 nds ou (en théorie, sans vent ou courant contraire et en supposant pouvoir vider les réservoirs jusqu’à la dernière goutte) prés de 9000 milles à 7nds.

 Certes, c’est du poids à transporter mais cela permet aussi de faire le plein en des points stratégiques pour le porte monnaie : par exemple en Libye puis au Venezuela…à 0,09 euros.

 

 - Peu sensible au tangage, très bon passage dans la mer,


- Robustesse à toute épreuve avec un fort coefficient de sécurité par apport aux standards actuels

 

, - Un petit mât suffisant pour gréer des voiles d’appui, positionné à l’emplacement normal pour un mât, (pour un meilleur équilibre sous voile au portant ou même de travers)

 

. - La possibilité de rester debout seul à marée basse ou lors d’un carénage sur sa semelle d’échouage de prés d’un mètre de large et épaisse de 16mm.

 

vue_face.jpg

 


Néanmoins, il apparait clairement que ce concept était une erreur commerciale car, même avec son prix très attractif (les petits frères auraient été construits à Haïphong), aucun intérêt n’a été suscité parmi les plaisanciers.
Echec total, sans savoir pourquoi. Peut être pourriez vous nous aider à comprendre où est l’erreur : répartition des volumes ? La silhouette ? Le matériau ? Le volume ? Trop long ? Trop petit ?

 Il est probable que si en 1994 nous avions dessiné un trawler « classique » de style « Alaskan » ou « Grand
Banks » le résultat commercial aurait été plus positif.

 Mais ces types de trawlers, malgré ou à cause de leurs qualités (taille des aménagements, volumes, puissance moteurs), se ferment bon nombre de mouillages ou de terrains d’explorations de par leurs : tirant d’eau, tirant d’air, déplacement, impossibilité de s’échouer, autonomie réduite…etc.)
Certes, pour 100 « passagemakers » ou « explorers» vendus combien «explorent » réellement ?

 Peut être est ce là le cœur du problème : pourquoi concevoir un bateau capable de réaliser ce que personne ne fait (ou une toute petite minorité) ?

 En quelque sorte un produit de niche dans une catégorie qui est déjà une niche !   Photo-suede018.jpg  D’une traversée hivernale ventée en Suède

 

Photo-toul-charmes008.jpg 

 au tranquille sillage printanier en France…deux facettes d’une « erreur ».

 

 mat.JPG

 

Longueur Hors tout 19,45 m.................................................................. 

Longueur flottaison 18,26 m..................................................................................... 

Maitre bau 5,03m..........................................................................................
Largeur flottaison 4,435 m..............................................................................

Tirant d'eau coque 1,014 m

Tirant d’eau maxi pleine charge 1,30m...................................................

Poids aluminium coque 11,5 tonnes..............................................................................

Vitesse maxi 12,5 nds

Vitesse de coque 10,4 nds

Vitesse économique 7,5 nds

Autonomie à 7 nds  env. ..9000 nm

Transpacifique.   à 8 nds                    

Poids pleine charge 32,5 tonnes......................................................................................               

Jauge 42,25 tonneaux.

Réservoirs 7500 litres

Moteurs 2 X 215 cv Perkins


Echantillonnage coque : 16mm semelle, 12mm bordé inférieur, 10mm bordé supérieur et 6 mm pont et superstructure.

 sil.jpg


Conclusion : Echec total, surtout financier, et pourtant parmi les options envisagées pour créer un « pasagemaker » économique nous avions choisi la solution la plus sage !

Rejetant le « wide body » à l’aspect rétro, le catamaran à moteur ou le plus extrême de nos projet le trimaran à moteur de 20 m avec à peine le volume d’une vedette de 12m (sans doute le choix le plus économe en carburant, mais clairement invendable).

 Seule (mince) consolation, d’autres qui étaient apparus aux fil des années n’ont pas eu plus de succès commercial et
pour certains sont restés à l’état de beaux projets sur papier glacé.

Ce blog sera donc consacré à notre experience (qui n'est finalement que la somme de nos erreurs passées!)du long cours 62, sa génèse,les differentes evolutions du projet,sa construction et nos jugements à l'usage.En esperant éviter à ceux tentés par un projet similaire ,nos erreurs !

A sa place parmi les pêcheurs

A sa place parmi les pêcheurs

Partager cet article

Repost 0

commentaires

less 83 25/10/2015 18:49

Franchement voilà un joli bateau.Avec des caractéristiques et une genèse qui me rappellent celles de less 83.Ne vous inquiètez pas de l ingratitude du marché.
Pendant que le marché rêve et arnaque,nous naviguons.
Cordialement

yannick 26/10/2015 09:31

Vous avez donc racheté le Less 83 , concept à peu près similaire hormis que le Less 83 a garder la quille.
Lorsque Joubert nous a dessiné cette forme de coque en 94, je trouvais la forme de l'arrière un peu trop "suppositoire" (comme nous avait dit un des frères Garcia) mais il a insisté pour garder un arrière relativement étroit et lorsque plus tard nous avons vu l'arrière du Less 83 nous nous sommes dis que au moins nous ne serions plus seuls avec notre "petit cul" :)
Bon même lorsqu'il était apparu à la vente (en Tunisie) le Less 83 était toujours trop cher pour nous.
Et puis après 13 ans à bord je crois bien que maintenant ce sera notre dernier !
Pendant un an nous un acheteur était intéressé , mais finalement nous n'avons jamais pu nous mettre d'accord sur tout les points, bien que nous étions d'accord sur le prix . Enfin nous sommes entrain d'installer une "grosse" cuisiniére/chaudière à bois , du triple vitrage et une nouvelle ax/survie.
A plus

jp69 01/05/2014 23:08

bonjour
je n'arrive pas à comprendre vos conclusions, échec total, erreurs etc... où ça?
vous avez réalisé votre projet, c'est une magnifique réalisation!
combien on réussit à faire un projet aussi abouti? pas beaucoup!
le problème ne l'avoir pas commercialisé ?, le problème ce n'est peut-être pas le produit mais la démarche?
pour acheter un bateau les clients veulent avoir à faire à un constructeur, à un nom, une référence et même avec tout ça ce n'est pas une garantie de succès, le trawler de Garcia élu bateau européen de l'année n'a pas eu une vente.
il faut être connu, avoir des capitaux offrir une finition de qualité avec la télé escamotable pour toucher une clientèle qui à les moyens (grand banks, nordhavn, lissen...) où avoir une force de frappe industrielle et financière pour toucher le plus grand nombre (beneteau, delphia ou autres).
c'est vrai que le long-cours 62 présente un programme "idéal" hauturier et fluvial économique dont on ne trouve l'équivalent que chez méta avec le king atlantique en plus petit.
pour moi c'est un splendide bateau qui me fait penser à ARIELLE de marin marie (je cherche de la doc sur ce bateau).
mais c'est tout sauf un échec, bravo

jp69 05/05/2014 17:35

merci beaucoup de ces informations
bien à vous

Yannick 04/05/2014 20:22

Peut etre ici pour le plan de l'Arielle ,si il ont fait un modèle reduit ils ont du avoir les plans :
http://www.modelclubfougerollais.fr/Marin_marie.php

Yannick 04/05/2014 20:13

Arktika est un Voyager qui ressemble au tout premier modèle, sur le site Olbia il précise qu'il s'agit de celui ci, mais sur des forums l'on m'a affirmé que le Voyager/Elf était à Lyon ...dans le doute.
Sinon Gilles Elkaïm voulait acheter Hoa , sans doute plus adapté à ses projets (plus de capacité de charge, de volume, plus de résistance...) rendez vous était même pris pour l'expertise le 15 novembre 2010...
mais la semaine précédente mon père et brusquement tombé malade après une vaccination et il est décédé en moins d'une semaine.
Donc , nous avons annulée la vente trop de chose à gérer et puis l'on se mets à réfléchir dans le style: la vie est vraiment courte, pourquoi repartir dans une
construction...etc
Qui plus est (si j'avais bien compris à l'époque) Elkaïm avait pour son projet des aides de l'Europe mais avec comme date butoir fin 2010.
Pour la vente des plans ce pourrait etre une idée mais Hoa est un relativement "grand" bateau, la coque nue pèse déjà à elle seule 11,5 t.
Il faut déjà un amateur "éclairé".
Je m'amuse a dessiner (sans aucune prétention au niveau de la carène qui de mon point de vue dois rester le fait d'un architecte reconnu) des petits frère à notre Longcours.
Mais je n'arrive pas à faire plus petit qu'environ 16,40 m , afin d'y incorporer ce que j'estime nécessaire pour aller trainer un peu loin de tout (grandes capacités, grands rangement, atelier digne de ce nom,...).
Pour les éventuels Longcours bis quasiment identiques au notre nous avions prévu de retourner au Vietnam pour les construire. A l'époque de la (presque ) vente de 2010 la coque finie revenait à (un vrai commercial n'écrirait jamais cela !! comment faire un potentiel bénéfice après !!) environ 110000€ ht départ chantier.
A l'origine nous avions prévu, si succès il avait eu, de vendre les sisters ship aux environs de 450000€ , les bateaux prêt à naviguer, mais sans par exemple stabilisateurs ou électronique haut de gamme (comme ont peu lire parfois pour des bateaux 50000€ !!).
Pour revenir à l'Arielle , pas de plans à ma disposition, le livre s'appelle : "vent dessus ,vent dedans" il est dispo sur amazon , seule la petite deuxième partie (vent dedans ) est consacrée à l'Arielle.
Bonne chasse aux plans
Salutations

Yannick

jp69 04/05/2014 18:55

bonjour,
mais le LONGCOURS est plus polyvalent et surtout bien plus beau que le Dashew!
l'ARKTIKA c'est pas le voyager en vente il y a quelque temps sur toulon à 120K€?
A ce prix là effectivement on peut comprendre le choix.pourquoi ne pas vendre les plans pour une construction "amateur" comme cela se fait pour les bateaux en contreplaqué?
là pas d'investissement et le client se débrouille pour la fabrication, les finitions ...
Sur Arielle je n'ai pas lu le livre je serais interessé si vous saviez où se le procurer.
Existe-il des plans du bateau?
cordialement

Yannick 02/05/2014 09:25

Merci pour vos commentaires, cela remonte un peu le moral, bon il n'est pas si bas que cela !
Sur un site Américain des intervenant me disaient à peu prés la même chose : manque de pub, de marketing ...de "savoir vendre" et de budget pour le faire .
Lorsque je vois le succès des Dashew 64' qui reprennent (en bien plus luxueux ...et cher) les idées regroupées dans Longcours 62 concu pourtant près de 20 ans plus tôt cela confirme ma conclusion je ne serais (entre autres choses ) jamais un bon commercial et même un commercial tout court .
Quelques chose dans la silhouette ou le concept ne plais pas, pourtant nous ne le trouvons pas aussi extrême dans sa silhouette que bon nombre de trawlers.
Peut etre que dans ses choix le Longcours 62 se rapproche trop d'un bateau "d'expédition" (bien que je n'aime pas trop le terme souvent galvaudé) et qu'il ne s'adresse à un public très très restreint , un des rares clients le destinait à une expédition en Artique pour aller flirter avec le pôle avec chiens et traineau à bord (tapez Bateau Arktika vous verrez qu'il s'est rabattu sur un Voyager 47 ).
Faute de moyen de pub , pour en faire parler peut etre aurions nous du tenter ce pourquoi le plan d'origine avait été prévu : un tour du monde sans ravitaillement, mais faute (entre autre) d'argent pour assurance, carburant, pièces détachées etc et mon incapacité à vendre quoique ce soit même ...moi, pas trouvé le moindre soutient même auprès de ceux qui auraient pu en tirer profit : pétrolier, motoristes....
Rien fait et au fil des ans le bateau c'est alourdi ,pour mener un tel projet il faudrait faire un sacré lifting.(d'autant plus qu'il y a eu une évolution entre le premier plan et le modèle définitif (le cul n'est plus pointu ,la longueur à la flottaison est moindre) etc...
Oui le bateau est sympa, il consomme peu...mais tout ce temps investi (sans parler de l'argent !!) pour se retrouver dans ce qui peut ressembler à une impasse .
Sur Arielle avez vous lu le livre ?

Salutations
Yannick

mca1931 21/04/2014 17:58

savez vous ou est stationné le bateau ?

Long-cours 62 21/04/2014 19:06

@ MCA1931
L'adresse mail liée à votre nom n'est pas valide , un autre lien ?

Akim 21/04/2014 18:47

Peut être en contactant à cette adresse mail :
longcours62(arobase)Yahoo.fr
Salutations

Windows support number 27/03/2014 13:07

Total conclusion was so disappointing. Yea, it takes tremendous effort to make them error free. If we spend much on prototype with great ambition and the result become negatives we gets frustrated but it is a fact and it is common!

long-cours.62 22/10/2014 13:40

Bonjour,
Merci pour vos propos nous aident à nous sentir moins ...stupides !
Vous avez entièrement raison, nous ne sommes absolument compétent pour nous "vendre" enfin "vendre" notre idée, notre conception d'un bateau de croisière.
Il y a quelque jours de potentiels acquéreurs sont passés voir notre bateau...eux aussi semblent le trouver "intéressant" dans sa conception.
Ils seront probablement acquéreurs, mais après il nous faudra sans doute en reconstruire un autre car sur le marché je ne trouve rien qui corresponde à notre vision d'un "passagemaker" (à part un Dashew 64' mais qui est, lui d'occasion aussi, presque 8 fois plus cher !).

Carlet 20/10/2014 11:27

Non non non ce bateau n'est pas stupide. Il me semble excellent au contraire. Peut être plus de promotion ou une visibilité meilleure de ses atouts auprès de futur acheteurs aurait permis une meilleure commercialisation. A mon avis les quelques exemplaires qui existent seront extrêment recherché d'ici quelques années... je ne connais pas le prix de cette unité mais je suppose qu'il est dans la moyenne de prix. Je le trouve très équilibré niveau volumes je ne crois pas que ce soit cela qui peche. Je crois que c'est le.marketing et la distribution qui sont l'erreur. Ensuite effectivement le programme est extrèmement ambitieux. D'ou des compomis d'habitabilité qui satisfont peu ceux qui ne naviguent que sur les cannaux ou que sur l'océan. C'est un bateau magnifique un bateau, tout plans d'eau !

Yannick 27/03/2014 18:49

Hello ,
Thanks for your comment, we are not totally frustrated because we living on board and travel with her.
But sure the main question remains : where is THE mistake ?
Why people don't like her ?
She is not so ugly, (we know ugly boat with big commercial success !).
The concept is not so stupid if we look at the very similar concept designed 14 years later and built at nine (or may be 10 models and by far more expensive ) the Dashew 64'.
Or may be the true is : She is ugly, the concept is stupid but we can't see that because :"l'amour est aveugle" !

Yvan Gerondal 27/01/2014 11:56

Bonjour les amis,

A quand le départ ?

Bien à vous.

Yvan

PS : ce serait plus aisé de communiquer par mail.
Le mien : yvangerondal@gmail.com

Yvan Gerondal 15/01/2014 10:09

Bonjour les amis,

Vous avez lu Marin-Marie, moi aussi.
Mais je viens de découvrir le livre de Thomas Fleming Day.
"L'épopée du DETROIT en 1912"
6308 miles des USA à la Russie en bateau à moteur.
Ce qui me frappe surtout, c'est que le Détroit était plus petit que le Bel-Ami.
10,67 de long, 3,05 de large,14,200 tonnes à pleine charge.
3,600 litres de carburant (essence).
1,130 litres d'eau, ils étaient 4 à bord !
Moteur à essence de 16 CV, oui seize !
Qui oserait entreprendre cela de nos jours sur une telle embarcation ?
La traversée se fit relativement facilement.
Mais la vie à bord fut un enfer à cause du roulis.

Thomas Fleming Day avait traversé l'Atlantique en 1911 sur Sea Bird, un petit voilier de sa conception.

C'est sur un bateau du même type que de 1921 à 1925 l'américain Harry Pidgeon effectua le premier tour du monde en solitaire, réussi, par un parfait amateur, un plaisancier.

Le tour du monde de Slocum était le fait d'un vieux capitaine de clipper parfaitement aguerri.

Amicalement.

Pierrot22 12/01/2014 16:59

Bonjour,

Je pense que la conclusion de Gerondal est correcte, nous avons recherché effectivement pendant quelques années à faire l'acquisition d'un trawler, avec des critères identiques aux votres, à la différence que notre programme de navigation reste une navigation cotière et fluviale.
En effet pourquoi allez chercher outre atlantique ce que nous avons sous la main, de quoi naviguer de long miles sur nos cotes européennes voir africaines, avec de grandes differences paysagères.
Nous avons finalement trouvé notre bonheur, Construction META, donc solidité éprouvée, 33",3,60ml de large, donc passe partout, volume habitable honorable du fait de la structure strongall, faible consommation et peu de nuisance sonore 2x50cv volvo dans un compartiment arrière isolé, de part ses dimensions un cout d'exploitation amoindri, acceptable dans tout les ports, échouable aussi, 1000l de gasoil, donc une autonomie adaptée au cotier à 0.8l/nm.....
Ce n'est que mon avis personnel, mais à voir la grande tendance des semi-rigide, il m'apparait qu' une recherche de bateau plus petit mais exploitable facilement est d'actualité.
En dehors de cela, votre bateau fait réver, me fait réver, car magnifique, peut être trop, et cela peut le laisser croire inabordable financièrement, ensuite la peur de se voir seul ou en couple pour le manoeuvrer du fait de ses dimensions, (ce que je ne pense pas du tout...) .
J'espere que ces quelques lignes vous aidera dans votre analyse sur "cherchez l'erreur"...

Trés amicalement, et au plaisir de se rencontrer......

long-cours 12/01/2014 18:56

Bonjour,
Merci de vos avis .
Pour la taille il est vrai que nous avons eu quelques retours ou les personnes potentiellement intéressées parlaient plutôt d'une unité aux environs de 16 m .
Mais nous visions une possibilité de traverser l'atlantique à 10 nds et la longueur à la flottaison qui répondait à cela était aux alentours de 18 m.
Sinon cela se manœuvre sans problème, comme écrit sur la page "motorisation" 2 x 110/130 cv auraient été suffisants.
Normalement notre coque aurait du être construite chez les frères Garcia, mais une commande d'un 25 m fini à fait que, malgré nos moteurs déjà livrés chez eux, ils nous ont lâchés. Ce qui financièrement peut se comprendre d'un coté une simple coque nue de 19 m et de l'autre un voilier de 25 m fini ...il n'y a pas photo.
Comme me l'ont dit plusieurs copains : "pas assez cher mon fils" , donc sans doute interrogation : "mais ou est le loup ?"

Merci de vos commentaires toujours ouvert à des critiques constructives.

Yannick

Yvan Gerondal 11/01/2014 09:51

Bonjour les amis,
N'oubliez pas, à Liège dans un mois !
Nous pourrons alors parler du bateau.
Mais j'ai déjà ici beaucoup d'infos pour mon article.
Je crois que l'erreur commerciale, c'est que les acheteurs d'un "moteur" ne pensent pas aux croisières transocéans. Il pense côtier, quand ils naviguent !
Ce n'est qu'une opinion, mais pour moi, les longues croisières, c'est à la voile.
Un moteur roule trop et est moins confortable à vivre.
Vous avez un très beau bateau, mais monsieur Joubert n'a pas une longue expérience du fluvial,
le vôtre n'est pas adapté au "petit gabarit". En France ou ailleurs. Trop large et souvent trop long pour être accepté dans les ports de plaisance.
Pour mon compte, en fluvial, il faut un poste de pilotage externe pour profiter pleinement de la nature et du paysage. Et en solitaire, un pilotage intérieur est parfois limite dans certaines situations.
Toutes mes amitiés.
Yvan

long-cours 12/01/2014 18:42

Salut ,

Tu as probablement raison, même si par exemple à l'usage nous n'avons pas trouver utile de mettre en place le poste de barre extérieur ( il était prévu un joystick et des commandes moteurs dans la fausse cheminée).
Pour être honnête Joubert n'est pour rien dans l'aspect et les choix de notre bateau car il nous a juste fourni un tableau de cote pour la forme de la coque .
Les erreurs sont toutes de mon fait (hélas !!! personne sur qui décharger la responsabilité de cet échec, même pas ma femme !!).
Salut

Yannick

yoan 05/11/2012 02:41

bonsoir,
ce bateau tout terrain a l'air vraiment bien penser.
Vous n'aborder pas le tarif d'une telle embarcation, peut etre est ce la le principal probleme? (tros bas !!! ou tros elevée)

long-cours 62 05/11/2012 08:59



Bonjour,


Vous avez je pense raison pour le prix : "pas assez cher mon fils " !!


Lors du lancement du projet nous avions estimés un prix d'environ 450000 euros pour un bateau pret à naviguer


mais sans  : stabilisateurs, ou clim .


Dashew avec lequel nous avions pas mal echanger durant la phase de projet de son Wind Horse a dessiné une evolution en 64' qui malgré son cout de 2,5 millions c'est deja vendu à 6 ou 7
exemplaires.


Pour certains 480000 euros c'etait bien trop et pour d'autres clairement  : "pas assez cher mon fils".


Pourtant le prix etait nous semble t il le juste reflet de son cout de construction, mais peut etre aurions nous du prendre une marge exagérée , au lieu de repercuter l'economie réaliée à
construire au Vietnam


et ainsi etre au prix du marché .


Une chose est sure : je ne serais jamais un commercial !!



Présentation

  • : Trawler long-cours
  • Trawler  long-cours
  • : Génèse, construction et navigation(s) d'un trawler ou passagemaker de 19 m en aluminium.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens